L’Odyssée du marsouin de Mark Haddon (The Porpoise)

 

L’Odyssée du marsouin (The Porpoise)
Auteur : Mark Haddon
Traduit de l’anglais par Odile Demange
Éditions : Nil (21 janvier 2021)
ISBN : 978-2378910457
402 pages

Quatrième de couverture

Il était une fois, dans l'Angleterre du XXIe siècle, un homme qui, rendu fou de douleur par la mort de son épouse, tomba éperdument amoureux de leur fille. Il était une fois une jeune fille qui rêvait du prince charmant qui viendrait l'arracher à l'emprise délétère de son père.

Mon avis

Ce roman commence de façon assez classique. Un accident d’avion, une femme meurt. Les secouristes ont juste le temps de procéder à une césarienne et de sauver Angelica, la petite fille qu’elle portait. Son mari, fou de douleur, va reporter son amour, son attention sur le bébé, puis l’enfant, l’adolescente qu’il a avec lui. Mais il l’aime mal et tombe rapidement dans des extrêmes. Comme il est très riche, le personnel de maison qui reçoit de belles sommes, ne « voit » rien. Rapidement, il utilise l’école à domicile, et coupe son enfant de l’extérieur (pas de télévision, pas d’internet, pas de visite…). Angelica s’évade dans des lectures, des contes qui agissent sur elle en la reposant, en l’isolant lorsque l’inacceptable se produit. De toute façon, elle ne connaît rien d’autre que ce quotidien et même si elle sent que ce n’est pas la normalité, elle le subit en silence. Elle est « sous cloche » et fait preuve de candeur.

Une visite impromptue, qui dérange beaucoup le paternel, ouvre des perspectives à la jeune femme (Pourquoi ne pas fuir et échapper à son père ?) mais rien ne se passe comme prévu. A partir de là, le récit bascule dans plusieurs dimensions, espaces temps, revisitant la pièce de théâtre : Périclès, prince de Tyr (de Shakespeare), inspirée du poème : Histoire d'Apollonius de Tyr. Pourquoi ? parce qu’un parallèle peut être fait entre les deux écrits. Des femmes qui souffrent, qui essaient d’échapper à l’emprise des hommes, qui ne veulent plus de la carapace à l’intérieur de laquelle elles passent leur vie. Et les éléments, l’eau, le vent, le feu, les tempêtes qui font bifurquer ce qu’on croyait établi.

On aime ou on n’aime pas ce mélange de style, cette écriture qui mêle parfois d’un paragraphe à l’autre le présent et le passé. Je pense qu’il faut se laisser porter par les mots, car l’auteur excelle à les manier, les faire vivre, les emmener plus loin pour qu’ils donnent le maximum. Il y a également quelques illustrations en tête des différentes parties, une magnifique couverture, sans doute pour mettre l’art dans toutes ses dimensions au service de cette histoire.

Mark Haddon a fait de nombreuses recherches documentaires pour adapter son texte à ce qu’il souhaitait partager. Les sources ont été multiples et variées, même si ensuite, son inspiration a joué pour laisser parler l’imaginaire.

Je pense que certains lecteurs auraient préféré n’avoir que l’époque d’Angelica à suivre. Il me semble, au contraire, mais cela ne reste que mon avis, que le contenu serait vite devenu classique (une énième histoire de relations humaines mal gérées) alors qu’avec les deux intervalles-temps, habilement enchevêtrés, l’auteur nous offre un autre regard temporel. Il le fait de façon adroite, subtile, transformant une observation qui devient autre sous les yeux surpris d’un protagoniste et permettant alors au lecteur de basculer ailleurs.

L’écriture de Mark Haddon a beaucoup de charme (merci à la traductrice). Ses phrases sont souvent courtes, donnant du rythme. Il décortique et analyse finement ce qu’il évoque. Il y a de la fantaisie, un brin de folie, et cela repousse la chappe de plomb provoquée par l’attitude néfaste du père, permettant ainsi de ne penser qu’à ses femmes qui luttent pour un mieux, avec leurs armes, en se trompant quelques fois mais en osant…

 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire