"Vélotaf" de Jérôme Sorrel (texte) & Eve Coston (illustration)

 

Vélotaf
Mode d’emploi du vélo au quotidien
Auteurs : Jérôme Sorrel (texte) & Eve Coston (illustration)
Éditions : Guides Alternatives, Gallimard (25 Février 2021)
ISBN : 9782072899904
162 pages

Quatrième de couverture

Grèves des transports, crise sanitaire, prise de conscience écologique…, le vélo est désormais la mobilité douce privilégiée en masse par les Français en ville comme en milieu rural. Mais pour que la pratique du vélo au quotidien soit synonyme d’efficacité et de plaisir, Jérôme Sorrel, « vélotaffeur » de longue date, aborde ici le sujet sous toutes ses coutures.

Mon avis

Vélotaffeuse (c’est une personne qui se rend au boulot en vélo) depuis cinq ans, je tenais à découvrir ce livre pour voir s’il correspondait à mon expérience. Une façon également, pour moi, de faire le point sur l’avant : trajet en voiture et l’après : utilisation d’un VAE (vélo à assistance électrique) pour aller au travail chaque jour et plus si affinités (cinéma, visites, courses légères etc)

L’édition de ce recueil a été réactualisée suite à la crise sanitaire de 2020 qui, pour certains, a provoqué une prise de conscience intéressante. La pratique du vélo s’est notamment pas mal développée ces derniers mois. Sur un ton juste, teinté d’une pointe d’humour à bon escient, l’auteur analyse tout ce qui peut poser problème lorsqu’on décide de se lancer. Il décortique les bonnes et les mauvaises raisons pour passer de la conduite stressante en voiture, des transports en commun bondés, à la bicyclette.

« Aucun autre moyen de transport n’offre cet espace-temps de méditation et d’introspection. »

Je trouve très intéressant que l’auteur ne nous fasse pas la leçon. Il suggère à partir d’exemples concrets de tenter l’expérience. Pas n’importe quand, ni n’importe comment. Il faut éviter les pièges qui risquent de vous dégoûter à vie, du style : commencer en plein hiver avec un vélo pourri.

Ce qui est certain, et il le souligne, c’est que cette pratique est vraiment à découvrir. Pourquoi ? Quand ? Où ?

Tout d’abord, pour le sentiment de liberté qu’elle procure. Avec mon VAE, j’ai retrouvé la légèreté de ma jeunesse lorsque je roulais en solex. Le temps de trajet est sûr et la facilité pour se garer évite de tourner en rond dans le quartier, de s’énerver et d’arriver en retard et à cran.

Ensuite, essayer aux beaux jours du printemps et de l’automne permet de profiter pleinement d’une météo clémente et de toucher du doigt, un petit air de vacances, de douceur inégalée. Faire de petits trajets au début sécurise, et prouve que c’est possible.

Le choix du vélotaffeur ou du vélutiste (nom inventé par l’auteur pour désigner vélo et utilitaire, moins réducteur donc puisque l’idée est de se servir de son vélo pour tout un tas de trajets (- Je suis d’ailleurs vélutiste puisque je m’en sers pour d’autres choses que le boulot- )) est de commencer par aller de chez soi au lieu de l’activité professionnelle. S’il y a entre cinq et dix kilomètres à faire, il faut absolument tenter !

Vélotaf est un vrai guide, expériences, conseils (matériel, vêtements etc), risques… tout y est !

Les bonnes raisons de se mettre au vélotaf sont nombreuses : réduire l’empreinte carbone, gérer ses horaires, faire un peu de sport, bénéficier d’un « tampon » entre maison et travail, ne dépendre de personnes etc.

Oui, parfois il pleut (fort), il fait froid, ça fait mal aux cuisses, aux mollets mais la sensation de liberté n’a pas de prix et le fait d’être moins stressé aussi !

L’auteur donne des conseils sur la tenue, indique des sites où on peut récupérer de bons tuyaux. Ses propos sont joliment illustrés par Eve Coston. C’est un ouvrage bien fait, équilibré (aucun thème ne prend trop de place) et qui peut aider ceux qui hésitent et se posent de (trop) nombreuses questions.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire