"Sérotonine" de Michel Houellebecq


Sérotonine
Auteur : Michel Houellebecq
Éditions : Flammarion (4 Janvier 2019)
ISBN : 978-2081471757
352 pages

Quatrième de couverture

« Mes croyances sont limitées, mais elles sont violentes. Je crois à la possibilité du royaume restreint. Je crois à l'amour » écrivait récemment Michel Houellebecq. Le narrateur de Sérotonine approuverait sans réserve. Son récit traverse une France qui piétine ses traditions, banalise ses villes, détruit ses campagnes au bord de la révolte. Il raconte sa vie d'ingénieur agronome, son amitié pour un aristocrate agriculteur (un inoubliable personnage de roman son double inversé), l'échec des idéaux de leur jeunesse, l'espoir peut-être insensé de retrouver une femme perdue.

Mon avis



Michel Houellebecq a ses admirateurs mais également ses détracteurs. Personnellement, l’homme entraperçu lors d’une émission ne me faisait pas envie et de ce fait, je n’avais aucunement l’intention de me pencher sur ses écrits. Deux hasards concomitants ont fait que son dernier roman a atterri dans mes mains et que j’ai décidé de lui donner une chance. A quoi se joue une rencontre, c’est surprenant parfois.

J’ai donc découvert l’écriture de l’auteur par l’intermédiaire de Sérotonine. Cela commence « chaudement ». Les premières pages sont assez sulfureuses et je me suis dit que si cela continuait ainsi, j’allais vite me lasser. Mais il n’en est rien. Par l’intermédiaire de son personnage principal, un quadragénaire mal dans sa peau, Michel Houellebecq nous fait pénétrer dans l’intimité d’un homme qui perd pied (n’aurait-il pas mis un peu, beaucoup ?, de lui dans ce livre ?). Le regard porté sur la société est brut de décoffrage, désabusé, déçu. Celui qui s’exprime sent que tout fout le camp, que les événements lui échappent mais il n’a pas la force de lutter. Même les gestes du quotidien lui pèsent. La dépression est dépeinte sans fioriture, avec une langue sèche, parfois crue. J’ai pensé au trente sixième dessous de Pierre Daninos, qui, lui aussi, avait osé mettre des mots sur cette maladie du siècle qui est la perte de l’estime de soi, la perte de repères, la perte de l’envie de vivre….

Mais il ne se contente pas de parler de lui. Florent-Claude, puisqu’il se nomme ainsi dans le récit, porte un regard acéré sur la société. Avec cynisme, il analyse les relations entre les hommes, la politique, le monde paysan, l’amour. Rien n’est laissé de côté. Il ose et son écriture nous fait plonger avec lui au plus près des maux. On peut même se prendre à sourire car il sait quelques fois se moquer de ses propres travers.

Pour un premier contact avec l’auteur, je ne suis pas déçue. C’est un sujet délicat qu’il a su amener avec doigté. Bien sûr, il arrive qu’il enfonce des portes déjà ouvertes mais ce n’est pas gênant car son style particulier donne une autre dimension à ce texte peu protocolaire.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire