"C'est l'anarchie" de collectif d'auteurs


C’est l’anarchie
Auteur : Collectif
Éditions : du Caïman (26 Mai 2020)
ISBN : 978-2919066827
300 pages

Quatrième de couverture

Les années 20 ... Les années folles... Le capitalisme triomphant, repu des morts de la première guerre mondiale... La misère... Dans ce vieux monde des voix divergentes viennent contester l'ordre établi. Actes individualistes ou révoltes collectives, en 1920, partout dans le monde C'est l'anarchie !

Mon avis

Que vaudrait l’existence sans aimer ni lutter ?

Ils et elles sont vingt. Vingt auteurs de talent, certains très connus, d’autres un peu moins, qui viennent nous parler de révolution et d’anarchie. La parité y est presque, femmes et hommes se partagent la rédaction de ces textes.  Une préface magnifique qui, à elle seule, vaut le détour ! Ecrite par Gérard Mordillat, elle se termine par ces mots : « Je ne connais qu’un anarchiste pour être capable de vivre en accord avec ses convictions politiques et philosophiques. »

S’ensuivent des textes divers et variés, des nouvelles documentaires, d’autres inspirées de faits réels mais romancées ou totalement imaginaires, des poèmes etc …. A chaque fois, l’auteur qui rédige part d’un événement ayant eu lieu, qu’il « revisite » à sa manière. Le point de départ, c’est ce qu’on sait et après l’écriture prend sa liberté par la main et le récit vit sa vie.

Je ne connaissais pas tous les personnages présentés mais j’ai pris beaucoup de plaisir à tous les rencontrer que ce soit pour la première fois ou parce que j’avais déjà eu quelques échos sur leur existence.  Ce sont tous des personnes qui, à un moment donné, ont osé. Ils ont dit non, ils se sont battus pour un idéal, ils ont tenu tête, ils n’ont pas voulu se soumettre s’ils pensaient que ce n’était pas pour les bonnes raisons. Ils ont pu être haï, adulé, incompris, détesté, étouffés, mais ils ne pouvaient pas laisser indifférent celui ou celle qui les côtoyait. Activistes de tout pays, issus de milieux différents, élevé dans l’anarchie ou tombés dedans, tous ont donné d’eux, de leur énergie. Ils ont vécu au siècle dernier et mené des combats parfois originaux, comme celui d’Emilie Busquant qui serait à l’origine du drapeau algérien.

Peut-être que les luttes évoluent, quoique …. Il y aura toujours des hommes et des femmes pour se lever, marcher dans la rue…. L’actualité nous le démontre encore. Bien sûr, ils dérangent, ils exacerbent les tensions en pointant du doigt, sans compromis, les dysfonctionnements ou les mensonges. Ils sont les dignes héritiers de ceux qui sont évoqués dans ce recueil.

L’avantage d’un recueil de nouvelles c’est que l’on y trouve des styles et des écritures totalement divers et variés. Chacun s’empare du phrasé qui lui convient le mieux, que ce soit poésie avec ou sans rimes, prose etc… Chacun se sent libre et pour évoquer l’anarchie et les anarchistes, c’est mieux, non ? Quant au lecteur, devant la diversité des textes, il voyage, s’informe, se souvient, sourit, se révolte en silence… Et puis il repart heureux de cette lecture  qui, quelque part, le bouscule et le remet sur les rails pour bouger, essayer de faire entendre sa voix afin que l’injustice ne devienne pas « une évidence familière », comme le disait Marcel Aymé ….



Aucun commentaire:

Publier un commentaire