"La garde républicaine" de Sébastien Rozeaux


La garde républicaine
Auteur : Sébastien Rozeaux
Éditions Globophile (17 Janvier 2017)
ISBN: 979-10-94423-05-9
170 pages

Quatrième de couverture

Le 1er mai, à Paris, une fête citoyenne est organisée par le président. Un coup de feu sème la panique et embrase la République. Cinq personnages sont pris dans le tumulte, leurs vies bousculées par la course folle des événements se croisent au risque de se confondre, charriant avec elles une réflexion contemporaine sur le sens du politique et de l’engagement.

Mon avis

C’est le 1 er Mai et une fête est organisée par le Président Français. Ce sera Place de la République.
La République ? Certains trouvent que ce lieu est bien mal choisi car la république n’est plus ce qu’elle était… Quelqu’un tire sur le chef de l’état (qui s’en sort bien) et des vies vont être bouleversées.

C’est ce déséquilibre qui est présenté dans ce court roman, coup de poing (coupe de gueule ?)

Cinq des personnes, dont le quotidien va être bouleversé, s’expriment en livrant leurs pensées. Les faits graves, auxquels ils sont confrontés, les obligent à se remettre en cause. Où en sont leurs convictions, sont-ils toujours sur la bonne voie, ont-ils agi réellement en adéquation avec leurs convictions ? Que signifie « être engagé en politique » ? Comment défendre les causes auxquelles on croit sans se perdre dans d’inutiles débauches d’énergie ? Que faut-il faire pour être entendus ? Un anarchiste est-il un paria, un homme dangereux ou une personne qui essaie de lutter, de convaincre avec les moyens du bord ? Que faire lorsque vous êtes poussé dans vos retranchements, mis en face de vos propres contradictions ?

Ce sont toutes ces questions, et bien d’autres encore, qui sont abordées au fil des pages. Avec une écriture pointue, précise, et certains courts passages, sans ponctuation, qui font penser à une pensée poétique et douloureuse, l’auteur nous livre une réflexion contemporaine sur la société, la politique et les dérives des esprits en ébullition de ceux qui ne s’y retrouvent pas.

Le format du recueil, le nombre de pages sont parfaitement adaptés à un sujet délicat traité avec doigté.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire