"Nuit sombre et sacrée" de Michael Connelly (Dark Sacred Night)

 

Harry Bosh - Tome 24 : Nuit sombre et sacrée (Renée Ballard - Tome 2) (Dark Sacred Night)
Auteur : Michael Connelly
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Robert Pépin
Éditions : Calmann-Lévy (11 mars 2020)
ISBN : 978-2702166314
472 pages

Quatrième de couverture

En revenant au commissariat d’Hollywood après une mission de son quart de nuit, l’inspectrice Renée Ballard tombe sur un inconnu en train de fouiller dans les meubles à dossiers. L’homme, elle l’apprend, est un certain Harry Bosch, un ancien des Homicides du LAPD qui a repris du service au commissariat de San Fernando, où il travaille sur une affaire qui le ronge depuis des années. D’abord sceptique, Ballard le chasse puis, intriguée, ouvre le dossier qu’il feuilletait… et décide de l’aider.

Mon avis

Inconditionnelle de Michael Connelly, j’aime beaucoup son héros récurrent : Harry Bosh, je m’intéresse aussi à Mickey Haller qui m’a permis d’avoir une autre approche de la justice américaine (il est avocat). J’ai découvert, il y a quelque temps, Renée Ballard, un nouveau personnage, féminin, qu’il a créé.

Dans ce roman, l’auteur a choisi de faire rencontrer Harry et Renée. Tous les deux sont un peu en marge dans leur boulot pour avoir trop parlé ou dénoncé des faits. Pudiques, secrets, tenaces, solitaires, ils décident de collaborer pour élucider un cold case, tout en continuant d’assurer le travail qu’on leur confie. Rapidement, la mayonnaise prend entre les deux. Ils forment un binôme complémentaire. Il y a donc plusieurs enquêtes menées de front dont celle qui les voit collaborer. Comme le rythme est assez lent, avec des descriptions pour situer les lieux et les investigations, le lecteur ne se perd pas et cerne bien les différentes intrigues et les individus en lien avec celles-ci.

L’écriture est fluide, addictive. Le traducteur qui suit Connelly depuis plusieurs années connaît ses tics de langage et doit avoir du plaisir à nous présenter ses récits. Si on ne retrouve pas une étude psychologique des protagonistes comme dans les premiers livres de l’auteur, l’atmosphère de Los Angeles (surtout la nuit) est bien présente. On voit le côté sombre de cette ville avec ces dérives.

Si, à mon avis, ce roman n’est pas un des meilleurs de l’auteur, il est quand même pas mal. Je pense qu’il a eu raison d’introduire des rencontres entre ces héros, cela lui permet de se renouveler et de nous intéresser. J’émettrai malgré tout un petit bémol : il me semble que les derniers opus sont presque tous construits sur le même modèle, avec une trame identique. C’est un peu dommage…..

 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire