"Agoria : Saison 1 Episodes 01 02 03" de Maxime Frantini

 

Agoria : Saison 1 Ep 01 02 03
Auteur : Maxime Frantini
Éditions : A. Monfort; v1 édition (2 juin 2017)
ISBN : 979-1091116329
320 pages

Quatrième de couverture

La paix règne sur Agoria, mais pour combien de temps ? 20 ans après la grande guerre contre le roi sorcier, le monde est soumis à de nouvelles tensions. Malgré sa prestigieuse académie militaire, le Léhan peine à combattre les brigands qui prolifèrent avec la famine. En Sylmanie, la mort d'Hélicade pose la question de sa succession.

L’avis de Franck

On retrouve dans Agoria l’esprit de saga comme, par exemple, dans le très connu Game of Thrones. Nous sommes loin des mondes de Tolkien et de son bestiaire fantastique.

Le prologue installe bien le monde d’Agoria avec la magie détenue par les Dayens et la menace des vuckails, grands oiseaux carnivores sous la coupe d’un sorcier, puis la solution trouvée par les dayens pour combattre ces monstres et se débarrasser de la menace.

Une fois passé le prologue, l’action reprend quelques vingt années plus tard.

Chaque chapitre raconte l’action au sein d’un territoire du royaume. D’ailleurs les chapitres s’appellent ici des chroniques (Chronique de Yutah – Chronique d’Ostran – Chronique de Sylmanie - etc) et la carte d’Agoria permet de bien se repérer géographiquement, ce qui est une excellente idée.

Ce qui nous rapproche de l’ambiance moyen-âge est le combat perpétuel entre les différents seigneurs et les alliances plus ou moins stables entre eux. De plus, le bestiaire fantastique est limité aux seuls vuckails et les noms des personnages sont faciles à retenir, ce qui rend la lecture agréable.

Une fois qu’on a intégré que les chapitres/chroniques n’ont pas forcément de rapport entre eux, tout du moins au début, la lecture du récit s’avère plaisante.

Le style est fluide et assez descriptif pour se faire une image mentale du monde sans toutefois exiger des trésors d’imagination. L’action, à base d’alliances politiques, se suit facilement et on imagine sans peine la suite du récit avec la réapparition d’un ancien danger (les vukails) qui avait fédéré les nations dans les temps anciens.

Le tome 1 d’Agoria est une belle découverte et m’a permis de passer un bon moment pendant ce temps de confinement.

 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire